Solidarity Economy: Origins and development of the concept and the movement

«English»
«Français»

The expression «Social economy» goes back to the mid 19th Century. Historians consider that the first modern example of social economy is the creation of the Rochdale Equitable Pioneers Society in the United Kingdom (1844). The concept itself became known in France with Charles Dunoyer who published in 1830 Nouveau traité d’économie sociale and through activities of the the Société internationale des études pratiques d’économie sociale founded by Le Play in 1854. In general, «social economy» generally refers to a cooperative or a mutual association. The concept has been in general use in academic circles, namely in French and Spanish speaking countries.

Much more recently, the concept of «solidarity economy (SE) » or «social solidarity economy (SSE) » has emerged in Europe and in South America, and more recently in other continents. There are many different definitions and visions of what exactly this newer concept is. However, this will not be explored in this article.

Since there is some confusion about the origins of this new concept, this short article is an attempt to shed a little bit of light on the origins. The idea for this article goes back to the 2nd Asia Solidarity Economy Forum (Tokyo, November 2009) where was affirmed that the concept mentioned emerged from World Social Forum (WSF) process. Since Solidarity Economy was a well known concept before the first WSF in 2001, this is an attempt to give share information gathered over the years on the origins.

Since SE concepts are inseparable from movement building, this is also an attempt to show the two have grown together.

Early origins: 1986 to 1997
Even if the expression was used for the first time in 1937 by Felipe Lorda Aliaz in Por une economía solidaria entre el campo y la cuidad (For a solidarity economy between the rural and the city) Barcelona-CNT FAI, the concept only started being used in South America and in France, at about the same time, 1985 or 1986.

The exact origins in South America are known. Luis Rozetto from Chile is regarded as the author who has made the concept well known in South America (1986). In his website (in Spanish only), http://www.economiasolidaria.net/, he has many publications on this subject. He even mentions that the Pope John Paul II said in a speech in his trip to South America «An economy of solidarity is a great hope for South America». This website is dedicated to an online Masters on «Solidarity Economy and Sustainable Development».

At about the same time, the expression became known in France. Jean-Louis Laville is regarded by many as one or the first who spoke about the concept. However, it has not been possible to identify the origins as exactly as in South America. One thing is sure. Different activists in France confirm that the concept spread much in the late eighties.

The concept started being used in a fairly large scale by practitioners, in France and in South America in the nineties. In France, a non-profit calling itself REAS (Réseau de l’économie Alternative et solidaire) started in 1990 or 1991. The acronym in English would be «Alternative and Solidarity Economy Network». They had members in many regions in France. In 1993, I visited the headquarters in Paris (established in an abandoned factory). They were running different businesses such as a restaurant training young people who were on welfare, a Fair Trade shop, an incubator for small businesses, microfinance activities, etc. Even if they went bankrupt in 1998, they had a large impact. For examples, a REAS exists today in Spain.

Again in France, in October 1995, a half page advertisement was published in the newspaper Le Monde. It was called «Appeal for a Solidarity Economy». This appeal was signed by hundreds of leading Solidarity Economy practitioners and intellectuals. At about the same time, the expression became known in the French speaking province of Quebec in Canada, since extensive links exist with France.

In March 1997, a group of University people, from French and Spanish speaking countries, met at Leuven University in Belgium. They decided the time was ripe to organise international meetings.

Promoting Solidarity Economy: 1997 to 2010
Three initiatives that complement each other.

A- Globalisation of Solidarity meetings
A first meeting was held in Lima, Peru, in September 1997. They were expecting 175 participants. Much to their surprise, they had almost 400, from about 35 countries. Considering this success, and the growing interest of networking in an era of building alternatives to counter neoliberal globalisation, decided to organise other meetings.

Since then the International Network for the Promotion of the Social Solidarity Economy (RIPESS) has held international meetings every four years, alternating South-North. In October 2001 in Quebec City (over 400 participants), in Dakar Senegal in November 2005 (1200 participants) and in Luxemburg April 2009 (700 participants). At the first two meetings, almost all participants were either, French, Spanish or Portuguese, speaking. At the 2005 and 2009 meetings, there have been more and more participants from other countries, including Asian countries. The next global meeting is planned for Asia in 2013.

In most continents, continental meetings have been organised since 2005. Latin America has had four (4) continental meetings and now Asia has had two (2).

B- The Workshop on Social Solidarity Economy (WSSE) and ALOE
After a world meeting on an agenda for the 21st Century organised by the FPH (Foundation for the Progress of Humankind) in 2001 in France, the FPH supported the creation of different work groups (over 20). One of them, the WSSE, became quite dynamic in promoting Social Solidarity Economy. The WSSE became a sort of think tank of SSE, made up of individuals from different continents, including some members of organisations involved in RIPESS. In 2007, the WSSE became ALOE: Alliance for a Responsible, Plural and Solidarity Economy. The ALOE was formally launched in October 2007. http://aloe.socioeco.org/

C- The WSF events: 2001-2010
Solidarity Economy activists have been attending WSF events since the first Forum in 2001. The process of the WSF needs to be explained. The organisers, in respecting the Charter they have, let different movements organise themselves workshops and other activities.
In other words, the WSF does not organise activities on SSE (or any other subject). The initiatives come exclusively come the social movements themselves.

The WSF was a great opportunity for Brazilian SE activists. At the first Forum (2001) they decided to set up the Brazilian Solidarity Economy Forum (FBES). At the 2003 Forum in Brazil and at the 2004 event in Mumbai, many workshops on SSE were organised by activists. At the 2005 event in Porto Alegre, «economic alternatives» was one of the 11 themes. Together, RIPESS and ALOE organised different workshops in 2005. At the last WSF in Belém (January 2009), there were again many workshops organised SE and SSE organisations.

RIPESS is not a member of the WSF International Council. This possibly explains why SE/ SSE has mot yet become a main thematic at the different WSF meetings. . However, since SE and SSE activists self-organise large sets of activities, the «space» has been well occupied, and has grown at each event.

At the seam time, SE or SSE workshops and meetings are held in all continental of country Forums. For example, both in the 1st United States Social Forum (USSF) in Atlanta in 2007 and the 2nd USSF in Detroit in June 2010, more that 50 workshops in each event were devoted to this theme. The same is true for the different European Social Forums (ESF) and the Americas Social Forums.

To conclude
The promotion and use of Solidarity Economy has grown through a complex and interrelated process. The above three related initiatives have been intertwined in good part. Often, the same individuals and organisations have participated directly within the three initiatives. Since the RIPESS meetings are held every four years, the annual and now bi-annual events of the WSF have been of strategic importance to meet regularly. The WSSE, now ALOE has also helped extensively in elaborating the concept, and in its promotion.

This article has been written according to the knowledge gathered over the years. A note of caution. There are certainly many missing facts and information. And the above analysis is certainly an interpretation on my part.

However, I hope that it will contribute to telling the story, and that one day a more complete history and analyses is written.

Yvon Poirier
October 2010

Économie solidaire : Origines et développement du concept et du mouvement
L’expression «économie sociale» remonte au milieu du 19ème siècle. Les historiens considèrent que le premier exemple moderne de l’économie sociale est la création de la société des Pionniers de Rochdale au Royaume-Uni (1844). Le concept lui-même s’est fait connaître en France avec Charles Dunoyer avec la publication en 1830 du Nouveau Traité d’économie sociale et par des activités de la Société des Pratiques internationale des études d’économie sociale fondée par Le Play en 1854. Généralement «économie sociale» renvoie à une coopérative ou une association mutuelle. Le concept a été généralement utilisé dans les milieux universitaires, principalement dans les pays francophones et hispanophones.

Beaucoup plus récemment, le concept de «l’économie solidaire (ÉS)» ou «économie sociale et solidaire (ÉSS)» a vu le jour en Europe et en Amérique du Sud, et plus récemment dans d’autres continents. Il existe de nombreuses définitions et de visions de ce qu’est exactement cette nouvelle notion. Toutefois, ce ne sera pas exploré dans cet article.

Comme il ya une certaine confusion sur l’origine de ce nouveau concept, ce court article est une tentative de jeter un peu de lumière sur les origines. L’idée de cet article remonte au 2e Forum Asie d’économie solidaire tenu à Tokyo en novembre 2009. Lors de ce Forum, il a été affirmé que ce concept à émergé à travers le processus du Forum social mondial (FSM). Comme le concept d’économie solidaire était déjà bien connu avant que le premier FSM en 2001, cet article veut apporter des informations recueillies au fil des ans sur les origines.

Comme le concept d’ÉS est indissociable de la construction du mouvement, c’est aussi une tentative de montrer que les deux ont grandi ensemble.

Les origines: de 1986 à 1997
Même si l’expression a été utilisée pour la première fois en 1937 par Felipe Lorda Aliaz dans Por une economía solidaria entre el campo y la cuidad (Pour une économie solidaire entre le rural et la ville) Barcelone-CNT FAI, c’est en Amérique du Sud et en France, à peu près au même temps, soit vers 1985 et 1986 que le concept à commencé à être utilisé couramment.

Les origines exactes en Amérique du Sud sont connues. Luis Rozetto du Chili est considéré comme l’auteur qui a qui à fait connaître le concept (1986). Dans son site Web (en espagnol seulement), http://www.economiasolidaria.net/, il a de nombreuses publications sur ce sujet. Il mentionne même que le Pape Jean-Paul II a déclaré dans un discours lors d’un voyage en Amérique du Sud «L’économie solidaire est un grand espoir pour l’Amérique du Sud». Ce site est dédié à un Masters en ligne sur «l’économie solidaire et du développement durable».

À peu près au même moment, l’expression s’est fait connaître en France. Jean-Louis Laville est considérée par beaucoup comme l’un, ou le premier à l’avoir utilisée. Toutefois, il n’a pas été possible d’identifier les origines aussi exactement qu’en l’Amérique du Sud. Une chose est sûre. Différents militants en France confirment que la connaissance de cette notion était déjà assez répandue vers la fin des années 80 en France.

Le concept a commencé à être utilisé dans une assez grande échelle par les praticiens, en France et en Amérique du Sud dans les années quatre-vingt dix. En France, à but non lucratif qui se fait appeler REAS (Réseau de l’économie alternative et solidaire) a commencé en 1990 ou 1991. Ils avaient des membres dans de nombreuses régions en France. En 1993, j’ai visité le siège à Paris (installé dans une usine désaffectée). Ils géraient des entreprises différentes, comme un restaurant avec jeunes en insertion, une boutique de commerce équitable, un incubateur pour les petites entreprises, les activités de microcrédit etc. Même s’ils ont fait faillite en 1998, ils ont eu un grand impact. Un REAS existe toujours aujourd’hui en Espagne.

Encore une fois en France, en Octobre 1995, une publicité demi-page a été publiée dans le journal Le Monde. C’était un «Appel pour une Economie Solidaire». Cet appel était signé par des centaines de praticiens et intellectuels de premier plan de l’économie solidaire française. À peu près au même moment, l’expression est devenue connue au Québec, province francophone du Canada, en vertu de nombreux liens existants avec la France.

En mars 1997, un groupe d’universitaires, principalement francophones et hispanophones, se sont réunis à l’Université de Louvain en Belgique. Ils décidèrent que le moment était venu d’organiser des réunions internationales.

La promotion de l’économie solidaire : 1997 à 2010
Trois initiatives qui se complètent mutuellement.

A-Rencontres de globalisation de la solidarité
Une première réunion a eu lieu à Lima, au Pérou, en Septembre 1997. Ils s’attendaient à 175 participants. À leur grande surprise, il y avait avaient près de 400 participants, en provenance d’environ 35 pays. Compte tenu de ce succès, et l’intérêt croissant de construire des réseaux à l’ère de la construction d’alternatives pour lutter contre la mondialisation néolibérale, il a été décidé d’organiser d’autres réunions.

Depuis lors, le Réseau international pour la promotion de l’Economie Sociale et Solidaire (RIPESS) a tenu des réunions internationales, tous les quatre ans, en alternance Nord-Sud. En Octobre 2001, à Québec (plus de 400 participants), à Dakar au Sénégal en Novembre 2005 (1200 participants) et au Luxembourg en avril 2009 (700 participants). Lors des deux premières réunions, presque tous les participants étaient soi de langue française, espagnole ou portugaise. A la 2005 et 2009 des réunions, il ya eu plus de plus de participants de d’autres pays, y compris d’Asie. La prochaine réunion mondiale est prévue pour l’Asie en 2013. Ces rencontres internationales sont de moments forts pour répandre les notions d’ESS. Par exemple, dans le cadre des préparatifs de la rencontre de Dakar en 2005, plusieurs réseaux se sont constitués en Afrique de l’ouest francophone, comme le Réseau national d’appui à la promotion de l’économie solidaire et solidaire (RENAPESS) au Mali crée en 2003.

Dans la plupart des continents, des rencontres continentales ont été organisées depuis 2005. L’Amérique latine a eu quatre (4) rencontres continentales et maintenant l’Asie a eu deux (2).

L’ensemble de ces rencontres contribuent à la fois au développement et la promotion du concept qu’à la construction du mouvement.

B-Pôle économie sociale et solidaire (PSES) et ALOE
Après une réunion mondiale sur un agenda pour le 21e siècle organisée par la FPH (Fondation pour le Progrès de l’Homme) en 2001 en France, la FPH a appuyé la création de différents groupes de travail (plus de 20). L’un d’eux, le PSES, est devenu très dynamique dans la promotion de l’Economie Sociale et Solidaire. Le PSES est devenu une sorte de «think tank» de l’ESS, composé de personnes de différents continents, y compris certains membres des organisations impliquées dans RIPESS. En 2007, le PSES devenu ALOE: Alliance pour un monde responsable, pluriel et Economie Solidaire. L’ALOE a été officiellement lancé en Octobre 2007. http://aloe.socioeco.org/

C- Les rencontres du FSM: 2001-2010
Les militants de l’économie solidaire assistent aux rencontres du FSM depuis le premier Forum en 2001. Le processus du FSM a besoin d’être expliqué. Les organisateurs, dans le respect de la Charte qu’ils ont, s’occupent uniquement d’organiser les espaces. Ce sont les différents mouvements qui organisent leurs ateliers et autres activités.

En d’autres termes, le FSM n’est pas organisateur d’activités sur l’ÉSS (ni sur tout autre thème). Les initiatives proviennent exclusivement des mouvements sociaux eux-mêmes.

Le FSM a été une excellente occasion pour les militants de l‘économie solidaire brésilienne. Au premier Forum (2001), ils ont décidé de mettre en place le Forum brésilien d’économie solidaire (FBES). Lors du Forum de 2003 au Brésil et à celui de Mumbai en 2004, de nombreux ateliers sur l’ÉSS ont été organisées par les militants. Lors de l’événement 2005 à Porto Alegre, la question des «alternatives économiques» a été l’un des 11 thèmes du Forum. Ensemble, le RIPESS et le PSES ont organisé divers ateliers en 2005. Lors de la dernière édition du FSM à Belém (Janvier 2009), il y avait toujours de nombreux ateliers organisés par les organisations d’ÉS et d’ÉSS.

Le RIPESS n’est pas membre du Conseil International du FSM. Ceci explique peut-être pourquoi l’SE / SSE n’est pas encore devenu une thématique principale lors des différentes rencontres Toutefois, comme les militants de l’ÉS/ÉSS y auto-organisent un grand nombre d’activités, l’«espace» a été bien occupé, et a grandi à chaque événement.

Des ateliers d’ÉS/ESS ont également été organisés lors des Forum continentaux ou dans divers pays. Par exemple, à la fois dans du premier Forum social des États-Unis (USSF) à Atlanta en 2007 et lors du 2e USSF à Detroit en Juin 2010, plus de 50 ateliers ont été consacrés à ce thème. La même chose est vraie pour les différents Forums Sociaux Européens (FSE) et les Forums sociaux des Amériques.

Pour conclure
La promotion et l’utilisation de l’Economie Solidaire a grandi à travers un processus complexe et interdépendant. Ces trois initiatives sont en bonne partie liées. Souvent, les mêmes personnes et organisations ont participé directement dans les trois initiatives. Comme les réunions du RIPESS ne sont organisées qu’aux quatre ans, les événements annuels et maintenant biannuelles du FSM ont été d’une importance stratégique pour se rencontrer régulièrement. Le PSES, maintenant ALOE a également contribué largement à l’élaboration du concept, et sa promotion.

Cet article a été rédigé, a partir les connaissances acquises au fil des ans. Une note de prudence. Il ya certainement de nombreux faits et informations qui sont manquantes. Et l’analyse qui précède est certainement une interprétation de ma part.

Cependant, j’espère que cela contribuera à raconter l’histoire, et que un jour une histoire et des analyses plus complètes seront écrites.

Yvon Poirier
Octobre 2010

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s